L’énergie c’est la clé de l’avenir

Si nous disposions d’une source illimitée d’énergie exploitable et durable, bon nombre des choses que nous considérons comme de la science-fiction pourraient en fait être des faits scientifiques. Mais en attendant que le développement technologique rattrape notre imagination, le meilleur moyen d’assurer un avenir durable est de maximiser l’efficacité énergétique. La professeure Nina F. Thornhill de l’Imperial College de Londres, au Royaume-Uni, contribue à former les ingénieurs de demain pour répondre aux besoins de l’industrie lourde en termes d’augmentation du degré d’automatisation et d’efficacité énergétique de leurs processus.

Une énergie propre et illimitée pour l’avenir

La professeure Thornhill est une fan avouée de science et de science-fiction. « J’ai été élevée dans la science-fiction. Ce qui est formidable avec la science-fiction, c’est qu’elle nous a montré que l’énergie est absolument cruciale pour l’avenir de l’humanité. Avec une énergie illimitée, nous pourrions à peu près résoudre tous les problèmes du monde, faire vivre une population croissante et faire à peu près tout ce que nous voulons, à condition que l’énergie que nous utilisons ne pollue pas la planète… quelle qu’elle soit. » Si ces visions de l’avenir ne sont pas encore une réalité, des pas importants ont été faits dans la bonne direction. Les développements dans le domaine des énergies renouvelables sont porteurs d’espoir pour l’avenir. De plus, avec les investissements privés qui affluent pour favoriser le développement de la fusion nucléaire, une nouvelle source d’énergie nucléaire propre et abondante pourrait être disponible dans un avenir pas si lointain.

Les images visionnaires de l’avenir ne sont pas encore une réalité, mais des pas importants ont été faits dans la bonne direction.

Les défis du stockage et de la distribution

« Mais même si nous découvrons une source d’énergie illimitée, il faut que cette énergie puisse être déployée. Cela signifie qu’il faut surmonter les défis du stockage, de la récupération et de la distribution », nous rappelle la professeure Thornhill. Pour l’énergie électrique notamment, trouver des solutions de tamponnement et de stockage est déjà une quête d’aujourd’hui. La réponse résidera très probablement dans le développement de batteries à grande échelle et dans la résolution des défis du stockage distribué, en utilisant le réseau lui-même. « Dans une certaine mesure, cela devient déjà une réalité, par exemple lorsqu’il s’agit des stations de recharge pour les véhicules électriques. La recharge rentable a lieu pendant les heures de faible demande d’électricité, et il est déjà possible de réinjecter une partie de l’énergie dans le réseau pendant les heures de pointe. »

L’énergie verte n’est pas seulement de l’électricité verte

La professeure Thornhill nous rappelle également que lorsque nous parlons d’énergie, nous ne parlons pas seulement d’électricité. La durabilité doit être au centre des discussions sur les sources de carburant et de gaz d’aujourd’hui. Heureusement, de nombreuses avancées ont déjà été réalisées pour trouver des alternatives aux combustibles fossiles. La professeure Thornhill est optimiste quant aux pompes à chaleur, à l’hydrogène bleu et vert neutre en carbone. « La possibilité de fabriquer de l’hydrogène vert à partir d’eau propre par électrolyse a des implications passionnantes pour l’avenir. » Elle attend avec impatience le jour où tout le Royaume-Uni aura pu remplacer ses chaudières à gaz traditionnelles par des solutions plus efficaces et durables grâce au développement scientifique et technologique et aux nouvelles innovations.

L’efficacité énergétique est la solution d’aujourd’hui

Mais comme nous ne disposons pas encore d’une source illimitée d’énergie propre, le défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui est de trouver des moyens d’améliorer l’efficacité de notre consommation. Si chacun d’entre nous peut contribuer à améliorer l’efficacité énergétique dans sa vie quotidienne, c’est dans l’industrie que la véritable différence peut être faite. La professeure Thornhill est convaincue que la technologie des variateurs de vitesse constitue le véritable changement de cap en matière d’efficacité énergétique. La possibilité de régler en douceur la vitesse des moteurs permet d’améliorer considérablement l’efficacité énergétique grâce aux variateurs de vitesse. Les principaux fournisseurs de technologie, comme ABB, proposent des caractéristiques et des fonctionnalités qui contribuent à réduire la consommation d’énergie. La professeure Thornhill mentionne des fonctionnalités telles que le ride-through, qui permet aux processus de traverser les perturbations, comme le type d’innovations qui contribuent à améliorer l’efficacité énergétique et les performances environnementales. « En maintenant un processus et en évitant un arrêt imprévu grâce à l’utilisation de l’énergie rotative stockée comme énergie auxiliaire dans une application de pompage de gaz, par exemple, nous pouvons minimiser les émissions dues à un arrêt et éviter d’avoir recours au torchage pour libérer la pression du pipeline. »

La technologie des variateurs de vitesse constitue le véritable catalyseur de l’efficacité énergétique.

L’industrie a besoin d’innovateurs

Nina Thornhill, professeure d’automatisation des processus à l’Imperial College de Londres, souligne l’importance de la coopération entre le monde universitaire et l’industrie pour relever ensemble les défis actuels. Le chemin est long pour un chercheur pour voir son idée devenir une partie d’un produit, mais c’est toujours le but ultime. Elle veille à ce que tous les étudiants de troisième cycle qui préparent leur doctorat avec elle passent un certain temps avec un partenaire industriel. Dans de nombreux cas, compte tenu de la relation fructueuse qu’elle entretient depuis longtemps avec l’entreprise, ce partenaire est ABB. « C’est ainsi que les étudiants commencent à comprendre les problèmes industriels réels qu’ils résolvent et leur pertinence dans le monde réel. Notre état d’esprit commun est que nous sommes intéressés par la résolution de problèmes réels. Ce sont ces problèmes qui nous inspirent pour faire de nouvelles théories et développer de nouvelles méthodes. » Pour que la science-fiction devienne une réalité, nous avons besoin d’esprits curieux, de penseurs analytiques, d’acteurs pratiques et de véritables innovateurs.

Nous sommes intéressés par la résolution de problèmes du monde réel.

Partagez cet article