ABB food and beverage factory

3 façons d’améliorer l’efficacité énergétique dans la production alimentaire et de boissons

La population mondiale ne cesse de croître, tout comme la nécessité de produire suffisamment de nourriture. La production d’aliments et de boissons nécessite une énergie importante à chaque étape – des fermes ou plantations où sont produites les matières premières, aux usines où elles sont transformées, en passant par le stockage et le déplacement des produits dans des unités réfrigérées.

Étant donné que l’augmentation de l’efficacité énergétique permet de réaliser d’importantes économies d’énergie et de coûts dans l’industrie agroalimentaire, il est primordial d’identifier les domaines où l’efficacité peut être améliorée.


Lire le livre blanc

Pour atteindre les objectifs de durabilité, nous devons passer à des moyens de production d’aliments et de boissons plus efficaces sur le plan énergétique et réduire les déchets. La technologie pour y parvenir existe aujourd’hui.
Lire le livre blanc

1. Évaluez la consommation d’énergie dans votre établissement

Pour économiser l’énergie, il faut connaître l’efficacité actuelle réalisée. Mais dans les grandes installations où des milliers de moteurs et de variateurs sont en service, il est difficile d’identifier les économies potentielles spécifiques. Les évaluations énergétiques telles que celles proposées par ABB Motion Services, identifient la quantité d’énergie utilisée dans les différentes zones et installations du site, et même des équipements individuellement, à l’aide de données collectées.

Un expert en efficacité énergétique entreprend une évaluation approfondie du processus, des moyens les plus efficaces à mettre en œuvre comme mesures pour améliorer l’efficacité énergétique et pour réduire les coûts – puis des conseils d’amélioration sont suggérés. Ce service a également pour avantage d’augmenter la fiabilité et le temps de fonctionnement des équipements.

2. Utilisez des variateurs de vitesse et des moteurs à haut rendement énergétique pour contrôler les processus qui fonctionnent à charge partielle.

Les ventilateurs, les pompes et les convoyeurs sont souvent les applications les moins efficaces dans une installation. Le problème est qu’ils fonctionnent souvent à charge partielle, c’est-à-dire que les besoins opérationnels nécessitent d’utiliser moins d’énergie que ce qu’ils consomment réellement. Par exemple, une pompe peut fonctionner constamment à pleine vitesse, en utilisant des vannes mécaniques pour contrôler le débit. Le moteur fonctionne donc plus que nécessaire.

En revanche, les variateurs de vitesse (VSD) contrôlent la vitesse et le couple d’un moteur électrique, les réduisant ou les augmentant en fonction des besoins de la charge. Cela augmente l’efficacité de l’application et réduit le besoin de moteurs surdimensionnés. En général, l’ajout d’un VSD à un ventilateur, une pompe ou un compresseur peut entraîner une réduction de 25 % de la consommation d’énergie.

3. Prévenir le gaspillage alimentaire

Dans le monde, environ 14 % de la nourriture produite est perdue avant d’atteindre le stade de la vente au détail. Dans l’UE, on estime que 20 % de la production alimentaire totale est perdue ou gaspillée. Naturellement, cela représente une énorme source d’émissions de CO₂ et une utilisation inefficace de l’énergie. Si le gaspillage alimentaire a de nombreuses causes, des méthodes de production inefficaces et un stockage ou un transport inadéquat y contribuent largement.

L’utilisation de variateurs de vitesse, peut contribuer à améliorer l’efficacité de la production, tant en termes d’énergie que de réduction du gaspillage. Maintenir les vitesses appropriées pour une qualité optimale du processus de production tels que le mélange, est la garantie de la solidité de la chaîne du froid nécessaire à la conservation des aliments. Ainsi, les VSD contribuent à réduire la consommation d’énergie et à améliorer la durabilité des processus de production.


La production alimentaire consomme 30 % de l’énergie mondiale. Mais des solutions pour optimiser les processus de production comme l’irrigation et la réfrigération existent pour augmenter l’efficacité énergétique et contribuer à péserver la planète. Entretien avec Brith Isaksson, responsable mondial du segment Agroalimentaire chez ABB.


À lire également

Partagez cet article